(0)
  • Aucun produit dans le panier.
Total:0,00

Les livres préférés de nos Numéro Une

Coups de coeur

2 novembre 2019

Quelle bibliothèque réunit Nancy Huston, Zola, Stephen King, Artaud, Lionel Shriver, Kundera, Despentes, Salinger, Sagan, Baudelaire, Mae West…?

On a demandé à l’autrice et professeure de yoga Lili Barbery-Coulon, aux écrivaines Emma Becker, Chloé Delaume et Albane Linyer, à Laurence Vely des Déviations, à l’artiste plasticienne Celia Nkala, à Marlène Staiger des liqueurs H. Theoria, et à la designer et anthropologue sexuelle Betony Vernon de partager avec nous leurs livres préférés.

livre
livre
livre
livre
livre
livre
livre
livre
livre
livre
livre
livre
livre
livre
Lili Barbery

J’aime beaucoup Lignes de faille de Nancy Huston. Je l’ai lu plusieurs fois, j’adore sa construction, le fait de suivre la faille sur plusieurs générations, de s’interroger sur ce qu’on porte en transgénérationnel.
Ce sont des questions qui me fascinent parce que j’ai des grand-mères qui, pour des raisons différentes, ont eu des vies compliquées, dans des milieux sociaux très différents. J’avais été fascinée en apprenant en épigénétique que les traumatismes de plusieurs générations étaient transmis et marqués dans les gênes. On se retrouve avec ce cadeau-là dans notre corps physique mais on peut travailler et faire en sorte de réparer ce qui a eu lieu plusieurs générations avant nous pour ne pas le transmettre à notre tour.

Emma Becker

Je dirais bien La joie de vivre de Zola qui est un des Rougon-Macquart qu’on connaît peu et qui pourtant pour moi est l’un des plus beaux. C’est l’histoire de Pauline, la fille de Lisa Macquart qui est la bouchère dans Le Ventre de Paris. Orpheline à l’âge de dix ans, elle est confiée à des cousins de son père. Elle est élevée par ces gens, à la campagne, qui vont peu à peu dilapider la fortune dont elle avait hérité. Ils deviennent très mesquins et tout part à vau-l’eau. La joie de vivre est un titre génial car en fait c’est d’une tristesse folle. Ce livre vaut notamment pour ses dernières pages auxquelles rien que le fait de repenser m’émeut. C’est Zola. Il est capable de miracles comme ça. Je relis régulièrement les Rougon-Macquart parce qu’à chaque fois c’est comme un thriller dans lequel tu découvres dans dimensions différentes.
J’aime aussi beaucoup Simetierre de Stephen King. Stephen King est vraiment un dieu pour moi et Simetierre est l’un des livres les plus terrifiants qu’il ait écrits et les plus profonds psychologiquement. Je m’en suis servie quand j’étais en psycho et que j’écrivais un mémoire sur la mort des enfants. Stephen King est très valorisé aux États-Unis où on le prend vraiment pour ce qu’il est, c’est-à-dire un narrateur incroyable. Alors qu’en France on a plus tendance à dire que c’est une espèce d’auteur de gare à la mords-moi le nœud, parce qu’on a beaucoup de mal dans notre petit milieu parisien de littérature à se dire qu’on peut vendre très bien et être un super auteur.
Et je pense aussi pour finir à un autre livre, Le point d’orgue de Nicholson Becker, qui est un auteur américain. Pour moi c’est un des plus beaux livres qui ait été écrit sur le désir et sur les femmes. Pourtant on n’en a pas beaucoup entendu parler. J’aimerais bien faire quelque chose avec ce livre, peut-être une adaptation en roman graphique ou même un film. Mais il faudrait quelqu’un de très couillu pour adapter un livre comme ça, truffé de scènes de cul à la fois très excitantes et à mourir de rire.

Chloé Delaume

Ça a tellement changé avec l’âge…. Mais mon livre préféré reste Les Cahiers d’Ivry d’Antonin Artaud. Ce sont les derniers écrits avant sa mort et pour moi c’est au-delà du livre.

albane linyer

C’est totalement impossible de répondre à cette question ! Quand je pars, quand je déménage, ce qui m’arrive tout le temps, je prends toujours avec moi mes 6 livres préférés : Apocalypse Bébé de Despentes, Mercure de Nothomb, L’Attrape Coeur de Salinger, Un certain sourire, La Laisse et Dans un mois dans un an de Sagan. Et tous ces livres, je les ai lus je ne sais pas combien de fois… Mais si je devais en citer un seul, ce serait La Laisse de Françoise Sagan. Lui, je l’aime tellement que j’ai brodé son titre sur un t-shirt.

Celia Nkala

Le pouvoir de l’intention du Dr. Wayne W. Dyer.
C’est un livre de développement personnel, il est très mal écrit, mais c’est un livre « fondateur » pour moi.

H Theoria

C’est d’une banalité affligeante et j’en parle constamment mais, sans hésitation, ce sont Les Fleurs du mal de Baudelaire. Je ne m’en lasserai sûrement jamais.

Les Déviations Laurence Vély

Le dernier qui m’ait vraiment chamboulée c’est We need to talk about Kevin de Lionel Shriver. C’est un livre incroyable qui parle de la maternité mais surtout d’une histoire de culpabilité et d’amour – haine entre une mère et son fils qui est un psychopathe, un vrai. Comment aimer un enfant d’une méchanceté inouïe, comment faire tenir son couple dans ces moment-là… Et en plus c’est hilarant.
Sinon, pour quelqu’un qui ne lit pas ou peu, je recommande souvent Sartre ou Kundera. Les titres de leurs livres sont aussi intimidants que le contenu est accessible et formidable. Ça donne une ouverture sur la littérature. Quand on a lu avec plaisir L’existentialisme est un humanisme, on se dit qu’on peut tout lire.

Betony Vernon

J’ai un nombre incalculable de livres préférés mais, au plus profond de mon coeur, Écoute, petit homme de Wilhelm Reich n’a jamais cessé de m’étonner par sa pertinence. Ensuite, il y a Le dilemme de l’omnivore de Michael Pollan et Middlesex de Jeffrey Eugenides et… je m’arrêterai avec Health, Sex and ESP de Mae West.

Logo Numéro Une Noir

#Ellescréent #Ellessengagent #Ellesvoyagent #Ellesdésirent #Ellesracontent #revuepourelles

Vous aimerez sûrement