(0)
  • Aucun produit dans le panier.
Total:0,00

Gaëlle Constantini, pour une mode éthique qui a du sens

A l’opposé de la fast fashion, Gaëlle crée des vêtements désirables et durables à partir de linge de maison existant

20 juin 2019

Gaëlle Constantini

Crédit : Gaëlle Constantini

Gaëlle Constantini a une conception forte du vêtement et de la mode d’aujourd’hui. A l’opposé de la fast fashion, elle a la volonté de créer des produits qui durent dans le temps et qui génèrent le moins d’impact possible sur l’environnement car elle considère que l’humanité n’a plus tellement le choix. Ses collections sont fabriquées en France, épurées et dans des tons naturels car elle n’utilise que des matières déjà existantes comme le linge de maison. Un coup de frais dans la mode pour des vêtements modernes et chics qui ont du sens !
Nous sommes allées rencontrer Gaëlle dans son studio de créa du 15e arrondissement… Et on a désormais très envie de se glisser dans ses pièces délicates et confortables, des blouses et des robes réglables qui prennent soin de notre corps et nous accompagnent le plus longtemps possible.

Gaëlle Constantini logo

Qu’est ce qui t’a donné envie de créer ta marque de vêtements ?

Je ne me voyais pas faire autre chose. Depuis toute petite, je suis passionnée par la conception du vêtement. J’ai toujours cousu, mais c’est quand je me suis professionnalisée que c’est devenu une évidence pour moi et que j’ai eu envie d’en faire quelque chose de rentable.

Le parcours pour y parvenir n’a pas été trop difficile ?

Si, un peu. J’ai grandi dans le Sud de la France. L’Éducation Nationale nous prédestinait à rentrer dans certaines cases et, à l’époque, on m’a conseillé de faire un BTS Action Commerciale pour aller vers un secteur dans lequel il y avait des débouchés. Mais quand j’ai compris que je devrais pousser les gens à la consommation en créant des produits dont ils n’avaient pas besoin, j’ai décidé de ne pas terminer mon BTS car ça ne correspondait pas du tout ma philosophie de la vie. Je suis partie et j’ai travaillé dans différentes boutiques dans lesquelles j’ai vraiment pu regarder comment le vêtement était construit. Et ça m’a vraiment donné envie de poursuivre dans cette voie. J’ai choisi une formation de styliste modéliste par correspondance via EDucatel, ce qui m’a permis de pouvoir travailler à côté pour la financer. Je suis venue à Paris et je travaillais le soir dans des clubs. C’est là que j’ai vraiment découvert la mode dans le sens excentrique du terme, le fait d’appartenir à un groupe partageant les mêmes libertés vestimentaires, un groupe aussi fou que toi. J’ai appris ça ici, à Paris, et ça m’a donné envie de créer mes propres collections.

Gaëlle Constantini portrait

Crédit : Gaëlle Constantini

L’upcycling est un vrai pari. Ce n’est pas trop dur de trouver en permanence des tissus qui te plaisent et t’inspirent ?

Je crois que l’humanité n’a plus le luxe de décider de ne pas utiliser telle ou telle matière. Moi je suis juste dans l’action de recycler, je suis là pour récupérer la matière qui existe déjà et la transformer afin de réduire la masse des déchets et j’essaie de le faire le mieux possible. Oui, c’est souvent dur car il faut trouver des tissus homogènes afin de pouvoir produire en quantité et alimenter les boutiques. C’est pour ça que j’ai décidé de travailler avec le linge de maison. Savoir si ça m‘inspire n’est pas la question, je crois qu’il faut savoir s’oublier un peu. Nos parents et nos grands-parents avaient la possibilité de créer et de faire de l’Art comme ils le souhaitaient, alors qu’aujourd’hui je crois que c’est la question de l’utilité qui doit passer avant toute chose.

Le fait de créer des vêtements réglables du 36 au 42 est aussi un choix très fort. Quel est ton rapport au corps ?

Le corps, c’est de la matière dont il faut prendre soin car c’est lui qui nous porte et nous transporte le plus loin possible dans la vie. Faire attention à son corps est un ensemble, c’est une vraie philosophie de vie, c’est le respect du vivant. Je me questionne sur l’origine des produits que je mange et bois. Donc pour moi c’est logique de créer un vêtement qui soit confortable pour le corps, un vêtement qui aide le corps à franchir les étapes plutôt qu’un vêtement qui va le contraindre. On a souvent tendance à changer de poids entre l’été et l’hiver car notre alimentation change, ce qui peut nous priver de certains vêtements très ajustés, alors que les vêtements de mes collections peuvent accompagner toutes les saisons, toute une vie.

Gaëlle Constantini

Crédit : Gaëlle Constantini

Quelles sont les femmes qui t’inspirent ?

Ce sont celles qui ont consacré leur vie à l’autre en tant qu’espèce vivante sur la planète. Je pense par exemple à Jane Goodall, Simone Veil, Mère Theresa… Des personnes qui ont su oublier leur propre condition humaine afin d’avoir une vision plus globale de l’univers.

Tu utilises beaucoup le blanc et l’écru. Que représente le naturel pour toi aujourd’hui ?

J’utilise le coloris blanc par contrainte. Je recycle du linge de maison et je n’ai pas envie de le teindre car ça demanderait énormément d’eau et de produits chimiques. Je le laisse donc naturel, tel qu’il est. Et j’aime les couleurs naturelles car ce sont des couleurs qui connectent l’homme avec la nature, qui lui permettent de faire partie d’un tout !



Service client

Paiement sécurisé

Visa, Carte Bleue, Mastercard