(0)
  • Aucun produit dans le panier.
Total:0,00

Les livres qui ont marqué nos Numéro Une en 2019

Numéro Une #Bookclub

5 décembre 2019

Quel livre t’a le plus marquée cette année ?

On a demandé à l’écrivaine Anaïs Vanel, à la réalisatrice de porno éthique et féministe Anoushka, à Sandrine Goeyvaerts, caviste, créatrice de Women do Wine et autrice, à la professeure de tango Aurore Chadoin, à Camille Aumont la créatrice de Je m’en bats le clito et à Margot Dargegen, la créatrice de la marque de lingerie Nénés, de nous parler de leurs coups de coeur…

J’ai beaucoup aimé Au-delà de la pénétration de Martin Page  parce qu’il remet en question les normes : sexe = pénétration. Et comme le dit l’auteur, si les femmes n’étaient pas les seules à être pénétrées, la société serait changée.

Je dirais celui que je suis en train de lire en ce moment, il est vraiment pas mal. C’est Sexe mille personnes de Caroline Michel . Elle répond à la question : « A quoi pensent les femmes pendant l’amour ? » C’est génial parce que c’est abordé avec beaucoup d’honnêteté et de franchise, c’est un format qui me plaît beaucoup et dans lequel je me reconnais assez, avec des dessins faits à la main. Elle parle sincèrement, de tout.

Je n’ai pas trop eu le temps de lire cette année mais les 2 livres que j’adore et aime relire ce sont Les nourritures terrestres d’André Gide et Belle du seigneur d’Albert Cohen.

En ce moment, je lis En avant toutes de Sheryl Sandberg, c’est la numéro 2 de Facebook. Son livre parle du pouvoir et des ambitions des femmes. Comment changer les normes de la société ? Pourquoi les femmes ne se sentent pas légitimes de prendre le pouvoir dans la société d’aujourd’hui ? Je trouve ça super intéressant.

J’ai lu une dystopie suédoise, La Kallocaïne, écrite par une dame qui s’appelle Karin Boye. Ce livre n’est pas du tout récent, il a été publié en 1940. C’est un livre très fort et prenant, un peu dans la même veine que 1984 d’Orwell. Mais je suis une grande lectrice, c’est donc un peu compliqué pour moi d’isoler un livre.

Dans Tout quitter, je parle d’un roman lu enfant dont j’avais oublié le titre. Et, grâce à la force des réseaux sociaux, une jeune femme m’a envoyé un message pour me dire qu’elle savait de quel livre je parlais page 125. Dès que j’ai vu la couverture, je l’ai reconnue : ce fut un choc. Le livre s’appelle Les enfants de la cité de Njami Simon. Je l’ai commandé, je l’ai relu. Je me suis sentie fébrile en l’ouvrant, j’avais peur d’être déçue, de ne plus être dans la même émotion. Mais c’était toujours aussi fort. C’est un livre qui parle de l’enfance, du passage à l’âge adulte et c’est un sujet qui me tient à cœur. Mon livre, beaucoup plus que de changement de vie et de surf, parle du retour à cet état d’enfance.

 

Logo Numéro Une Noir

Vous aimerez sûrement