(0)
  • Aucun produit dans le panier.
Total:0,00

Dans l’univers de Barbara Leperlier, la créatrice de The Blond Cactus

Passionnée par la décoration végétale, Barbara a créé un concept inédit mêlant plantes autosuffisantes, objets recyclés et fleurs séchées.

23 juillet 2019

the blond cactus

Crédit : The Blond Cactus

Nous sommes allées rencontrer Barbara dans son bar végétal, un concept unique qu’elle a ouvert en décembre dernier à côté du cirque d’hiver dans le 11e arrondissement de Paris. The Blond Cactus, c’est la combinaison de plantes autosuffisantes, d’objets vintage recyclés et de fleurs séchées. La volonté de Barbara est de créer des objets beaux mais surtout intelligents et donc durables. Chaque semaine, elle organise dans sa boutique des ateliers créatifs pour les entreprises ou les particuliers et propose des méthodes alternatives et écologiques autour du végétal.

« Décorer est un art de vivre mais la maison incarne quelque chose de bien plus grand encore : une nouvelle vision de la végétalisation en milieu urbain. » Barbara Leperlier

the blond cactus

Qu’est-ce que tu rêvais de faire quand tu étais petite ?

Quand j’étais toute petite, je voulais être actrice. Ensuite, à l’adolescence, j’ai eu envie de devenir fleuriste. Je me suis demandé si j’allais poursuivre un cursus secondaire classique ou si j’allais m’orienter vers un CAP fleuriste. J’ai finalement préparé un bac général mais, il y a quinze ans, mon envie de travailler avec les fleurs était déjà là.

Qu’est-ce qui t’a donné le goût des plantes et plus particulièrement celui des cactus ?

C’est plutôt quelque chose qui s’est imposé à moi car je voulais fleurir et végétaliser mon intérieur sans contrainte d’entretien. Je faisais un peu crever toutes les plantes et j’aimais les fleurs fraîches mais c’était trop cher de m’offrir des bouquets toutes les semaines. J’ai donc commencé à faire sécher des fleurs moi-même. Puis, lors de ma crémaillère il y a trois ans, on m’a offert des cactus et j’ai trouvé ça très moche ! Pour moi ça n’avait aucun intérêt car c’était dans des petits cache-pots en plastique marrons et ça n’allait pas du tout chez moi. Alors j’ai commencé à les camoufler dans des petites tasses que j’avais chinées en brocante. Et c’est comme ça que mon amour des plantes s’est développé car, détournées, elles avaient soudain un intérêt qui leur donnait grâce à mes yeux. J’ai découvert qu’il existait plein de variétés de cactus différentes et la combinaison avec les fleurs séchées fonctionnait vraiment bien. L’histoire a commencé comme ça.

the blond cactus

Crédit : The Blond Cactus

Quel fut le déclic pour créer ta propre entreprise ?

J’ai toujours monté des boîtes, j’ai toujours eu cet esprit entrepreneur. Très jeune, je faisais déjà plein de petits boulots à côté de l’école. Dès que j’ai eu 12 ans, j’ai cherché à gagner des sous. J’étais nulle en math mais j’ai très vite compris comment fonctionnait la rentabilité. Je cherchais tout le temps des combines pour me faire de l’argent car je n’en n’avais pas beaucoup. A 12 ans par exemple, avec une copine, on s’est mises à vendre des crêpes dans notre résidence pour gagner de l’argent pour aller s’acheter des magazines. Puis, vers 13-14 ans, on tondait des pelouses et on lavait des voitures. Et, un peu plus tard, on a monté un réseau de baby-sitters. Ensuite, lorsque j’ai eu 23 ans et que les cupcakes devenaient une tendance émergente, j’ai commencé à me former toute seule grâce à YouTube, aux blogs, à quelques heures de cours de pâtisserie de gâteaux en pâte à sucre, et j’ai monté ma première vraie boîte toute seule : un concept de goûters d’anniversaire pour enfants où je faisais des gâteaux et des cupcakes en forme de Winnie l’ourson, de Cars… J’étais passionnée par l’univers des sweet tables qui mélange la décoration et la pâtisserie. J’ai fini par arrêter cette activité qui était devenue une contrainte car j’étais à cette époque manager junior boutique chez Marni. Mais quand je me suis passionnée pour la décoration végétale et les cactus, monter mon entreprise The Blond Cactus m’a paru tout à fait logique.

the blond cactus

Crédit : The Blond Cactus

Ce n’est pas trop difficile d’être une femme entrepreneuse ?

Je lis avec beaucoup de peine les témoignages de femmes qui ont des difficultés en tant que femme dans le milieu du travail. De mon côté, je n’ai jamais eu ce ressenti, je n’ai jamais été victime de sexisme. En quittant le milieu très féminin de la mode et en me lançant à corps perdu dans l’entrepreneuriat, j’ai eu peur d’être confrontée à ce type de problèmes et finalement j’ai la chance d’être très bien conseillée par des hommes qui sont ravis de voir des femmes entreprendre. Mais il est vrai que nous sommes toujours une minorité. Il me semble que nous sommes seulement 20% de femmes à nous lancer dans l’entrepreneuriat en France et ce chiffre a beaucoup augmenté car il y a 4 ou 5 ans nous n’étions que 6%.

the blond cactus

Crédit : The Blond Cactus

Tu fais du recyclage en réutilisant des objets vintage déjà existants. Quels sont tes engagements écologiques aujourd’hui ?

Quand j’ai lancé ma marque, l’engagement écologique est né d’une volonté personnelle et de valeurs qui étaient déjà ancrées en moi. Avant de monter The Blond Cactus, j’avais déjà un blog avec une ligne éditoriale basée sur le made in France, l’économie circulaire et alternative. Il était donc évident pour moi de garder ces valeurs en créant The Blond Cactus. Le recyclage a toujours été quelque chose d’instinctif et de naturel. Je suis le genre de personnes qui va récupérer un déchet de la poubelle normale pour le mettre dans la poubelle du tri.
Et je considère qu’aujourd’hui on peut proposer des produits qui sont à la fois beaux et intelligents. Je suis le profil type de la trentenaire acheteuse compulsive mode et déco, mais j’essaie de faire en sorte que ce soit le plus écoresponsable possible. J’utilise des objets recyclés que je chine auprès des professionnels (toute époque confondue) et je les associe à une plante autosuffisante ou séchée qui est donc durable. Ces plantes n’utilisent que très peu d’eau. Pour un petit cactus, il faut seulement une cuillère à café d’eau une fois par mois ! The Blond Cactus propose donc des produits respectueux de l’environnement et qui durent dans le temps.

Et je considère qu’aujourd’hui on peut proposer des produits qui sont à la fois beaux et intelligents. Je suis le profil type de la trentenaire acheteuse compulsive mode et déco, mais j’essaie de faire en sorte que ce soit le plus écoresponsable possible.

the blond cactus

Crédit : The Blond Cactus

Qui sont les femmes qui t’inspirent ?

J’aime beaucoup Simone de Beauvoir pour son esprit libre et son combat pour la liberté des femmes.
Et j’adore aussi Jacky Kennedy car c’était une femme très intelligente, avec beaucoup de charisme, une vraie femme du monde dotée d’une grande générosité qui a mené beaucoup de combats féministes.
Même si ce sont deux femmes très différentes, elles m’inspirent toutes les deux énormément.

L’ADRESSE

The Blond Cactus
17 rue du Crussol 75011 Paris
M° Oberkampf/Filles du Calvaire/République
www.theblondcactus.com

Vous aimerez sûrement



Service client

Paiement sécurisé

Visa, Carte Bleue, Mastercard